Edit Content

L’hindouisme balinais

indonesia, bali, temple-2686550.jpg

La population des îles indonésiennes est majoritairement musulmane (environ 85%). L’île de Bali est une exception où 80% de ses habitants s’identifient à l’hindouisme (environ 1,7% de la population indonésienne totale). Lors de son indépendance du pouvoir colonial néerlandais, la Constitution indonésienne de 1945 garantissait la liberté de religion à tous ses citoyens. Après l’indépendance de l’Indonésie, des efforts sont apparus pour organiser la vie religieuse de ses citoyens, composée de diverses dimensions et croyances, avec une idéologie de base appelée Pancasila (« Panca » signifie cinq, « Syila » signifie fondamental, de sorte qu’elle puisse être interprétée comme telle. Ca veut dire cinq idéologies de base pour le pays). Dans le premier précepte qui dit «Ketuhanan yang maha esa», il est explicitement question de croire et d’adorer un seul Dieu / déesse. C’était à l’époque une sorte de polémique dans la légalisation de l’hindouisme balinais en tant que religion officielle en Indonésie; à cette époque, l’hindouisme balinais n’était considéré que comme une secte de religion qui n’était pas encore une religion

En 1952, le ministère indonésien de la Religion est passé sous le contrôle des islamistes qui ont sévèrement limité la définition acceptable de « religion ». Pour être acceptable en tant que religion officielle indonésienne, le ministère a défini la « religion » comme étant une religion monothéiste, codifié le droit religieux et ajouté un certain nombre d’exigences.

Mais les Balinais ne voulaient pas abandonner, ils continuent à lutter pour valider leur foi et leurs convictions en tant que religion reconnue par le pays. Après un long voyage et toutes les dures luttes des chefs de religion, des observateurs culturels et de diverses parties liées à l’hindouisme balinais, cet hindouisme a finalement été érigé en une des religions officielles de l’Indonésie en 1959. En outre, l’Indonésie a nié les droits de citoyenneté, tels que le droit de vote, à toute personne n’appartenant pas à une religion monothéiste officiellement reconnue. La minorité hindoue balinaise s’est adaptée et a déclaré que sa forme d’hindouisme était monothéiste et l’a présentée sous une forme lui permettant de prétendre politiquement au statut « d’agama ». L’hindouisme balinais a été officiellement reconnu par le gouvernement indonésien comme l’une des religions officielles pratiquées à Bali

L’hindouisme balinais est très étroitement lié à l’hindouisme dans l’histoire indienne. Leurs croyances sont alors non seulement basées sur la bible védique, mais aussi sur des écrits anciens, des philosophies et divers modes de vie basés sur de nombreuses théories différentes qui se soutiennent mutuellement. L’hindouisme n’est donc pas vraiment une religion dogmatique, mais plutôt le résultat d’un mode de vie spirituel. Les traditions qui existent dans l’hindouisme continuent également à se développer et à changer avec le temps.

L’hindouisme est venu à Bali lors de l’arrivée des commerçants indiens. Bien avant l’islam, l’hindouisme avait pénétré dans les croyances fondamentales du peuple en utilisant des rituels, des traditions et des arts. Cela a également entraîné des idées spirituelles, des mythes et des légendes, comme en témoignent les festivals et événements uniques associés aux esprits des ancêtres et de leurs dieux. Les temples à Bali ont également des conceptions et des principes similaires aux temples indiens. Les balinais appellent leurs temples sacrés (Pura), qui est un lieu saint avec des murs clos. Il y a plus de 20 000 temples à travers l’île; chacun est associé à une certaine caractéristique telle que la vertu de descendance ou la zone géographique.

On pense que le développement de l’hindouisme à Bali a commencé autour du VIIIe siècle avec la découverte de nombreux fragments d’inscription à Pejeng – l’un d’entre eux prouvant que Paksa (Sampradaya ou Sekta) Siva Siddhanta a grandi à Bali avec la statue de Siva et le temple de Putra. Bhatara Desa dans le village de Bedahulu, Gianyar. Selon le peuple balinais, l’arrivée du peuple du royaume de Majapahit a marqué le début du déploiement de l’indouisme à Bali.

Cependant, plusieurs siècles avant Majapahit, il existait déjà un royaume de culture hindoue dans le sud de Bali, à l’époque de l’ancien Mataram, entre 600 et 1 000 après JC. Pejeng et Bedulu en tant que centre du royaume avec le roi du descendant de Warnadewa. Il est possible que ce royaume découle directement de l’influence des commerçants hindous, mais il est également possible que ce royaume soit dû à l’influence de Mataram.

Outre l’arrivée de l’hindouisme, il y avait aussi la découverte de reliques montrant l’arrivée du bouddhisme Mahayana. On peut le voir à partir de stupas en argile qui se sont répandus dans le sud de Pejeng, Titiapi et Blahbatuh, Gianyar.

Bien que, à la fin, le bouddhisme Mahayana soit fusionné avec l’hindouisme tel qu’il a été hérité à Bali aujourd’hui. Il existe également des sekta-sekta qui se développent à Bali autour du 10ème siècle et qui, selon les recherches à savoir: iva Siddhanta, Pasupata, Bhairava, Vaisnava, Bodha (Soghata), Brahmana , Rsi, Sora (Surya) et Ganapatya.

Cependant, certains textes (lontar) trouvés à Bali ne mentionnent que 6 sekta, qui comprend Sambhu, Brahma, Indra, Bayu, Visnu et Kala.

À partir du 10ème siècle jusqu’au 14ème siècle, le développement de l’hindouisme à Bali est très rapide, et le règne du roi Astasura-ratnabhumibanten est conquis par l’expédition de Majapahit sous la direction de Mahapatih Gajah Mada

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×